Rétablir les continuités écologiques et sédimentaires

Qu'est-ce que la continuité écologique ?

La continuité écologique d’une rivière se définit par la possibilité de circulation des espèces animales et le bon déroulement du transport des sédiments. 

La notion de continuité écologique recouvre tous les échanges et les circulations (longitudinales, latérales, et même verticales) qui permettent le bon fonctionnement des hydrosystèmes. L’article R.214 109 du Code de l’environnement définit de la façon suivante ce qu’est, au sens de la réglementation, un obstacle à la continuité écologique :

  • il entrave la libre circulation des espèces biologiques ;
  • il empêche le bon déroulement du transport naturel des sédiments ;
  • il interrompt les connexions latérales avec les réservoirs biologiques ou il affecte l’hydrologie des réservoirs biologiques.

Schématiquement, les ouvrages transversaux constituant des obstacles à la continuité écologique peuvent avoir deux types d’effets sur les espèces et les milieux :

  • un effet « barrière », qui a pour conséquence la perturbation de la circulation des espèces aquatiques ;
  • un effet « retenue », qui altère l’hydromorphologie du cours d’eau (forme et dynamique du cours d’eau). L’effet le plus évident est une réduction de la vitesse de l’écoulement et une augmentation de la profondeur.
Espace de mobilité d'un cours d'eau

Espace de mobilité d'un cours d'eau

© SGAR

Partager cette page sur :