Travaux sur les digues en territoires à risque important (TRI) et hors TRI

Les Projets globaux de fiabilisation de digues, effectués par la Dreal Centre-Val de Loire, listent les travaux de sécurisation des digues jugés prioritaires.


Les travaux de sécurisation des digues ont été identifiés par la stratégie ou le projet global de fiabilisation (classés en priorité 1), que les digues soient sous maîtrise d'ouvrage de l'Etat ou celles des collectivités territoriales. Les travaux peuvent être un confortement ou une mise en transparence.

Les travaux sous maîtrise d'ouvrage de l'Etat comprennent les travaux de maintien du niveau de sûreté de la digue et les travaux éventuels de relèvement de ce niveau de sûreté.

Pour les territoires recensés en risque d’inondation important et comportant un système d’endiguement, un accompagnement financier plus important est prévu au travers d’un taux de financement FPRNM bonifié de certains travaux de sécurisation.

Taux de financement FPRNM des travaux de sécurisation :

Digues situées en TRI

Digues domaniales

action 1-2-6 du CPIER Loire

Digues non domaniales

action 1-2-6 du CPIER Loire

Travaux de maintien du niveau de sûreté

100 % 40 %

Travaux de relèvement du niveau de sûreté

80 %

40 %

n

Digues situées hors TRI

Digues domaniales

action 2-2 du CPIER Loire

Digues non domaniales

action 2-3 du CPIER Loire

Travaux de maintien du niveau de sûreté

100 % 40 % si commune dotée d'un PPRi

Travaux de relèvement du niveau de sûreté

60 %

40 % si commune dotée d'un PPRi

 

normal

Les différents types de travaux

1 - Renforcement de pieds de levée

Conforter les fondations de l'ouvrage en contact avec la Loire. Les techniques de renforcement existantes sont : la mise en œuvre d'enrochements, de palplanches ou de gabions. Lorsque la berge est suffisamment large (plus de 5 m) des techniques de génie végétal (exemple du fascinage) ou mixtes (enrochements et végétaux) peuvent être envisagées.

2 - Renforcement du corps de levée

Réduire le risque d'érosion interne et de glissement de talus. Les travaux permettent d'améliorer la structure de la digue. Plusieurs techniques d'intervention existent, en fonction de l'environnement autour de la levée : renforcement côté val ou côté Loire avec des matériaux ayant une bonne cohésion. En milieu contraint, les techniques les plus répandues en Loire sont le rideau de palplanches ou le voile en béton ou en bentonite ciment, mais il est de plus en plus réalisé la technique dite de "mélange en place". Elle consiste à créer un écran étanche dans la levée en mélangeant le sol en place avec un liant hydraulique (sorte de béton liquide). Elles permettent d'étancher et de renforcer les levées sans les épaissir.

3 - Traitement des canalisations traversantes et ouvrages traversants

Ils constituent un risque important de rupture avec brèche par érosion interne. En effet, lorsqu'elles existent dans le corps de digues, elles créent un lieu privilégié de circulation d'eau autour de celles-ci et dégradent fortement le niveau de sûreté de ce l'ouvrage

4 - Gestion des surverses 

Pour assurer le fonctionnement des déversoirs et recaler si nécessaire leur hauteur. D'autre part, les zones de points bas doivent être traitées car elles créent une circulation d'eau préférentielle qui n'était pas prévue à l'origine. Enfin, il est envisagé de prévoir un système de gestion des surverses pour les vals qui ne sont pas équipés de déversoir.

5 - Lutte contre les animaux fouisseurs

Blaireaux, lapins peuvent creuser des galeries à l'intérieur du corps de la levée, qui constituent des chemins préférentiels pour la circulation de l'eau et accentuent le risque  de brèche dans la digue (accentuation du phénomène d'érosion interne). La mise en place d'un grillage anti-fouisseurs est une technique pour conserver l'intégrité de l'ouvrage. Le fauchage et le débroussaillage régulier limitent également les risques d'installation de population de certains animaux fouisseurs, en troublant la quiétude des lieux et empêchant le développement de zones de couvert.

6 - Dévégétalisation des levées

Le système racinaire des arbres qui se développent sur la levée fragilise celle-ci. Une fois l'arbre mort, les racines pourrissent et forment des galeries qui, tout comme les terriers, diminuent la solidité de la digue et augmentant le risque de renards hydrauliques. De plus, les talus enherbés et bien entretenus résistent mieux aux surverses et à l'érosion externe lors de crue. Enfin, l'enlèvement de la végétation permet de maintenir la qualité des paysages de la Loire, et ses ouvertures de vues sur le fleuve.

 

 

 

 

Partager cette page sur :