Tout l'agenda
Bookmark and Share
Prévention des inondations

Discours d'ouverture

 

Joël BIGOT

Maire des Ponts-de-Cé

Angers Loire Métropole

 

 

 

 

 

 

 

« Mesdames et messieurs les élus,

Mesdames et messieurs,

Nous avons le plaisir de vous accueillir ce matin avec André Marchand, mon suppléant. Soyez donc les bienvenus à Angers Loire Métropole, agglomération de 270 000 habitants et nouvelle adhérente depuis le 1er janvier dernier à l'Etablissement public Loire.

Encore trop souvent notre métropole conserve l'image réductrice d'une capitale douce et tranquille. Cette image ne correspond plus à la réalité.

Savez-vous par exemple que la ville d'Angers compte plus de 30 000 étudiants, ce qui la place au 2ème rang du Grand ouest juste derrière Rennes ? Que dans 25 jours maintenant, aura lieu la mise en service commerciale de la première ligne de tramway qui va remodeler complètement les déplacements des Angevins de l'agglomération ? Saviez-vous encore que notre territoire est l'un des mieux équipé de France ? La preuve ? Nous démarrons actuellement l'exploitation d'une usine de valorisation de nos déchets ménagers par un tri mécano-biologique. Finie l'incinération. Nous venons d'inaugurer une usine de traitement des eaux usées forcément très novatrice. Comme l'était la micro-filtration pour l'usine des eaux des Ponts-de-Cé, commune que je connais bien par ailleurs, et qui est opérationnelle depuis six ans.

J'arrête là, mais sachez tout de même qu'au sein de l'agglomération Angevine, nous avons la chance d'avoir un modèle unique de réussite dans lequel l'environnement est une source de vraie valeur ajoutée et la puissance n'est plus uniquement celle de la notoriété ou du PIB mais aussi celle de l'épanouissement de ses habitants, de ses entreprises et de ses visiteurs. Soyez donc les bienvenus.

Au sein d'un bassin hydraulique équilibré, l'agglomération traversée au sud par la Loire, bénéficie d'un cadre de vie exceptionnel classé au patrimoine mondial de l'Unesco. Plus de 5 000 hectares d'espaces naturels reconnus d'importance internationale (Nature 2000) et 350 kilomètres de sentiers de grande randonnée (GR) engagent à découvrir sa nature foisonnante, ses vignobles de renom et ses nombreux parcs.

J'en ai fini de mon message de bienvenue, mais avant de rendre la parole, je voudrais dire un petit mot du sujet qui nous occupe aujourd'hui à savoir le risque inondation.

La semaine dernière, et pour la première fois, les services de secours (SDIS, l'Ecole du Génie), la Préfecture, la gendarmerie, la police, le Conseil Général et les maires ont simulé l'évacuation du Val d'Authion après rupture ou submersion de la digue. Il vous faut savoir que de toutes les régions situées dans le bassin de la Loire, derrière les digues, le Val d'Authion est le plus peuplé. Environ 45 000 personnes habitent cette région, laquelle compte également une importante activité économique puisque 1 500 entreprises figurent dans l'atlas des zones inondables et 20 000 hectares de cultures.

Cette simulation a permis de tester les procédures d'organisation de l'évacuation en application du dispositif ORSEC et d'en mesurer les difficultés. Et surtout de quoi alimenter le simulateur dénommé "Janus". Il faut dire que ces digues ont été élevées au 12ème siècle, sous Henri II, et renforcées ensuite par Colbert en 1668. Elles furent plusieurs fois submergées voire emportées. En 1856 d'importantes crues avaient inondé le Val d'Authion, sur 80 km et 12 km de large.

Les digues sont régulièrement visitées et renforcées le cas échéant afin de prévenir toute catastrophe. Mais compte tenu des caprices du fleuve, des changements climatiques imprévisibles constatés ces temps derniers, le risque subsiste. D'où l'utilité de se préparer dès maintenant.

Voilà, je ne vais pas plus loin pour ce matin. Je me suis amusé à faire le point sur chacun des thèmes que nous évoquerons aujourd'hui mais je laisse le soin aux intervenants de présenter leurs travaux qui de toute manière feront écho chez tous les participants de la journée. Une chose de tout de même avant de rendre la parole et, elle nous tient particulièrement à coeur à André Marchand et à moi-même. Vous le savez Angers est une grande confluence : la Maine, la Sarthe et la Mayenne sont aussi importantes à nos yeux que la Loire. Et, de fait, nous ne voudrions pas que les travaux de l'EP Loire ne se concentrent que sur le bassin de la Loire. Nous souhaitons vivement que les bassins versants de ces affluents soient au coeur des préoccupations.

Merci de votre attention et bonne journée à toutes et à tous.